Test du robot aspirateur iRobot Roomba 776p

Lorsque j’ai déménagé, l’une de mes priorités fut d’acheter un robot aspirateur ! Pourquoi ? Comment  ? Bonne idée, ou pas ? Le bilan après quelques mois. 

Un aspirateur à 500 boules, ça ne s’achète pas sur un coup de tête (enfin pas sur la mienne 🙄 #ruinée ). Mais un aspirateur robot, ça me semblait indispensable. Par contre, ne plus avoir d’aspirateur classique du tout, j’hésitais malgré tout. J’ai quand même passé le cap, et me voilà à vous débriefer ça après six mois.

Pour vous donner le contexte et du coup mon utilisation : je vis dans un appartement avec parquet en bois, j’ai un tapis à poils longs (ce style-ci de chez IKEA), un tapis persan qui fait tout mon salon ainsi qu’une peau de vache. Je me rends compte en l’écrivant que ça fait beaucoup de tapis. :D Autre point important : j’ai des cheveux longs (ça joue, on y reviendra).

Pas de problème d’étages ou d’escaliers dans mon cas, donc.

En passant par la centrale d’achats, le plus avantageux était le « spécial animaux », le Roomba p776, dont la spécificité est d’être fourni avec deux murs virtuels et un kit de nettoyage dont des brosses de remplacement. Autre avantage : il est blanc, ce qui lui donne un petit côté stormtrooper non négligeable, et le rend assorti à a poussette de mon fils. 😏

Sans plus attendre : mon avis

Un robot aspirateur iRobot est un concentré de technologie et doit être traité comme tel. Je ne le conseillerais pas à n’importe qui car je l’aime autant que je peux le détester. Oui, mon iRobot et moi vivons une terrible histoire d’amour avec ses hauts et ses bas.

Au début : tout est rose et on kiffe, forcément. Ensuite, viennent les soucis : elle s’appelle « erreur 41 », elle clignote en rouge et le laisse planté au milieu du salon, la vilaine. Mais qu’est-ce qu’il t’arrive ? Parle-moi ! On peut surmonter ça, ensemble.

En fait, c’est plutôt simple : un robot aspirateur doit être entretenu aussi souvent qu’il est utilisé.

Après chaque utilisation, il faut vider le bac et tapoter les filtres.
Chaque semaine, il faut enlever et nettoyer les brosses. Et avec des cheveux longs qui s’enroulent tout autour, ça peut être relativement périlleux. Heureusement, dans le kit de nettoyage il y a une brosse très bien pensée qui permet de couper les cheveux enroulés autour de la brosse et de les enlever en les grattant.
Il faut enlever et nettoyer les roues régulièrement (ce qui demande un tournevis).
Pensez à nettoyer aussi les capteurs de vide et les contacts de chargement. Perso, après chaque manucure je passe dessus avec un coton propre et du dissolvant (à peine humide). Très efficace.

En gros : les robots c’est comme les histoires d’amour, ça s’entretient.  Cela peut paraître rébarbatif comme gestes,  mais si la vie était facile ça se saurait, non ?  Et puis le robot vous le rend bien !

Les surfaces sont nickel après et j’ose même dire (oui, j’ose !) que dans certains cas, le résultat est meilleur qu’avec un aspirateur classique ! J’explique : si vous n’en avez jamais utilisé, vous visualisez l’aspirateur comme étant rond et donc en théorie, n’allant pas dans les coins. Certes, il rate un cm² des coins. Par contre, avec sa brosse rotative, il racle bien le sol et ramène à lui toutes les crasses. C’est comme ça qu’il a récuré certains interstices entre le sol et les plinthes chez moi.

Mon utilisation

Voici comment moi je l’utilise, parce que je suis persuadée que chacun peut en avoir une différente.

Je n’utilise pas du tout la fonction de programmation, par exemple. Il y a trop de pièces, de jouets peut-être dans le chemin que je n’ai pas envie de ramasser avant d’aller bosser et quand mon fils est chez moi, il ne tourne quasi pas.

Ce que je fais : je commence par ranger une pièce. Avec une brosse, je dépoussière les meubles, appuis de fenêtre, les plinthes et les coins. Je monte les chaises sur les tables et check si le sol est libre. J’installe éventuellement un mur virtuel et ensuite, c’est parti mon kiki. Pendant qu’il tourne, pièce suivante : linge à ranger ? Brol à ranger, dépoussiérer ? Je le fais ainsi transiter de pièce en pièce selon mon avancement avec une zone spéciale pour le tapis à poils longs. Car si il peut très bien en descendre sans accident, il ne veut pas y monter ! Du coup, avec quelques caisses et les deux murs virtuels, je l’y dépose et il aspire super bien. Il fait ensuite le reste de la pièce (autour du tapis).

En cas de besoin, on peut lui demander d’aspirer 1m² en quelques secondes (fonction « spot« ), il fait un petit tour. Pratique pour les miettes sous la table par exemple.

Et grâce à la fonction « dock« , il retrouve tout seul sa base. Par contre, c’est bien sa base de chargement le défaut pour moi. Très légère et avec des connecteurs de recharge devant être nettoyés souvent, si on ne l’attache pas à un mur (et en fait je ne sais pas si c’est possible), l’aspirateur peut passer à côté et la faire déplacer, se bloquer dans la prise etc. Il peut même ne pas recharger du tout puisque mal branché. Un peu cheap. :(

Conclusion

Idéal pour l’appartement d’un célibataire aux cheveux courts, je le déconseillerais aux personnes qui ont du mal avec la technologie ou impatientes. Le bruit n’est pas insupportable mais ne permet pas de regarder la télé pendant qu’il tourne. C’est un véritable concentré de technologie et je le kiffe d’amour.

 

Commentaire(s) sur "Test du robot aspirateur iRobot Roomba 776p"

  1. Alban dit :

    Je ne m’en passerais plus non plus de mon roomba.

    Je le lance un matin sur deux en partant au travail comme ça la maison reste toujours propre.

    Par contre, je ne nettoie pas de manière consciencieuse mon robot, je ne le vide qu’une fois par semaine et de temps en temps (tous les 1 ou 2mois) je lui fait un gros nettoyage en le démontant à moitié (15mn) et une fois par an en le démontant complètement (45mn).