Santa & cie : mon nouveau film préféré de Noël

D‘accord, le titre dit tout. Mais j’ai été voir cette semaine Santa & cie, le dernier film d’Alain Chabat, et j’ai adoré.

J’avais peur de plein de choses en y allant : que ce soit le film de trop pour Chabat, que ce soit vulgaire, qu’il y ait le moindre sous-entendu comme quoi le Père Noël n’existe pas (fake news !) ou que l’histoire soit simplement nulle.

La bande annonce ne lui fait pas tellement honneur.

Magie de Noël

Sur grand écran, le village du Père Noël en met plein les yeux. Les costumes de Père et Mère Noël sont magiques. Les lutins sont tout mignons, et le process de fabrication des jouets présenté très proche de la réalité. Santa Claus me rappelle un directeur marketing de base quand il se promène dans son usine.

Par la force des choses, Santa Claus doit débarquer sur terre pour sauver ses lutins. Il lui arrive un tas d’aventures avant de débarquer dans une famille parisienne avec une maman au bord du burnout et un papa incarné par Pio Marmai 😍 (pour lui je veux bien faire un burnout).

Ses rennes parlent la langue de Chewbacca, il a un vocabulaire de Père Noël (« va skier« , « espèce de flocon« ). Ce n’est pas le recyclage d’un conte de Noël, pas une comédie romantique, juste un Père Noël naïf qui débarque et découvre la vraie vie.

J’ai particulièrement aimé le fait qu’on soit plongés dans la magie de Noël tout en nous rappelant que « rien n’arrive magiquement« .

J’espère qu’il sera dispo sur iTunes pour le revoir l’hiver prochain avec mon fils. Il aura cinq ans, le minimum pour découvrir Santa & cie. Et dans un an, je pleurerai de nouveau à la fin, sûrement. 💚