Bloguer en 2018

flexyflow blog

J‘ai commencé à bloguer en 2007. Dix ans plus tard, je pense être passée par tous les états que peut traverser une blogueuse. 

Si je devais me décrire sur la blogosphère en utilisant un mot, je dirais que j’ai été ces dernières années un sous-marin. Très peu active, mais très attentive avec mon periscope, naviguant à mon rythme. En éteignant petit à petit mes propres réseaux, j’ai continué d’observer ce qui se faisait de nouveau, quelles étaient les nouvelles pratiques, et quelles étaient les nouvelles têtes.
Aujourd’hui, j’ai réussi à en faire mon métier et je continue à évoluer au gré des techniques et des outils.

Bloguer et les RP

Ce qui est difficile à gérer quand on tient un blog, c’est ce qu’on appelle dans le métier « les RP » pour relations presse ou relations publiques. Ces RP travaillent dans des agences et leur métier consiste (notamment) à améliorer ce qu’on peut dire d’une marque sur internet en étant en contact avec les blogueurs.

Par exemple, après mon article de come back, j’ai eu dans les 48h un mail de Nespresso pour une mise au point à propos de ce qu’ai pu dire sur la marque. Voilà qui m’a très vite remise dans le bain.

Cette fonction de RP, je l’ai exercée autrefois comme indépendante, et je le fais encore aujourd’hui pour mon employeur. Je suis donc consciente de la difficulté du métier, aussi bien que d’être de l’autre côté de la barrière, puisque je blogue aussi.

Dix ans d’évolution

En dix ans, j’ai vu les pratiques plus qu’évoluer. Quand j’ai commencé à bloguer, je l’ai fait à 100% dans une optique de partage d’information mêlée au plaisir d’écrire. Les avantages étaient secondaires. Candide, j’hallucinais au début de recevoir des cadeaux et être invitée pour la visibilité que je pouvais offrir en ligne.

Depuis, grâce à mon blog et ma notoriété en ligne, j’ai été au Liban, à Londres ou aux Bahamas. J’ai reçu une machine à laver et un aspirateur, une quantité hallucinante de brols aussi. J’ai été à des soirées de rêve et j’ai parcouru des endroits où je n’aurais jamais cru pouvoir aller.

Nouvelle génération

Plus récemment, j’ai entendu à la soirée d’une marque une blogueuse refuser de donner son adresse e-mail (à la marque) et dire à sa voisine « sinon ils nous recontactent par mail » (c’est vrai que t’as été invitée par pigeon voyageur 🤣). J’ai vu une blogueuse taper scandale à l’entrée d’un événement car elle était persuadée être VIP et pouvoir rentrer avant les autres (nous étions tous VIP). J’ai vu des articles commencer par « PARTENARIATS. En lettres capitales. L’objectif ultime. » vraiment ? 🧐 Y a moyen de faire des choses gratuitement dans la vie ou vous allez vous écorcher un ongle ?

J’ai vu des blogueuses se clasher les une les autres pour le respect d’un code de conduite tout à fait relatif. J’ai vu passer un mail reçu par une RP lui conseillant de ne pas bosser avec moi #cafaitplaisir👌 Très récemment, une blogueuse dénonçait dans sa story une autre blogueuse qui ne précisait pas recevoir des produits d’une marque, et la photo suivante montrer des produits… reçus ? On ne le saura jamais. 🤔

En dix ans, j’ai vu des gens me critiquer, lancer un blog et abandonner illico plus ou moins rapidement. 😂🚀

Personnage public

Un autre inconvénient au blog c’est de devenir un « personnage public ». On ne peut pas donner son avis sur quoique ce soit sans se livrer un peu. Personnellement, je n’arrive pas à rester superficielle donc à priori, ça peut donner l’impression de beaucoup savoir sur moi. Dites-vous bien que je choisis ce que je montre, évidemment.
Du coup, les gens ont l’impression de me connaître, jugent, tirent des conclusions sur ma vie. Des copines me rapportent des conversations où elles entendent parler de moi, où des gens que je connais pas (et genre, qui ne sont même pas dans mon Facebook) disent me connaître 😵 Où un mec jamais vu en vrai raconte que je le drague. ☠️
J’ai aussi lu des articles qui parlaient de moi… disons que je préfère passer au-dessus. 🙄

Savoir dire non

Mais surtout, j’ai eu, au fil des années, de plus en plus de mal à gérer les sollicitations de RP. Car vous imaginez des blogueurs-euses couverts de cadeau ou qui en demandent, mais dites-vous bien que derrière chaque « partenariat » il y a un(e) RP qui a casé un produit !

On peut trouver ça très flatteur d’être « demandée » mais imaginez-vous devoir dire non parce que vous n’avez rien à dire sur le sujet, vous n’aimez pas le produit ou vous avez changé d’avis après l’avoir testé ? De recevoir un parfum qui finalement, ne sent pas très très bon. 😁

Le monde des blogs a évolué et les exigences des marques aussi. Sur le sujet : lire l’article de Claire « Blogueuse, une vie de rêve mais un réel métier »

Extrait

On est souvent payées pour « voyager » avec des marques. Bien souvent, ces voyages constituent des « one-shot », on part tot le matin, on revient déjà le lendemain dans la matinée. Ces voyages sont souvent ultra-courts, et le temps sur place est entièrement consacré à la création de contenu. Prenons par exemple un voyage fait avec une marque de cosmétique dernièrement en Grèce : arrivée sur place le dimanche à 23h, je suis repartie le mardi dans la matinée. Ce qui ressemble à un voyage de trois jours en Grèce n’a donc duré qu’un peu plus de 24h avec près des 2/3 du temps consacré au travail. Sur place nous devions réaliser avec ma copine influenceuse, une vidéo du voyage, ainsi que six photos instagram si je me rappelle bien. On devait caler ça entre deux conférence de presse présentant le produit d’une bonne heure et demi chacune. Résultat? Nous avons enchainé toute la journée les shootings, « créant » le contenu pour la marque, impliquant de devoir changer de tenue pour chaque photos, de lieux pour chaque photo, de réfléchir à la « mise en scène », au scénario de la vidéo, tout ça pour deux personnes dans un temps défini. Quand sur instagram vous voyez une jeune fille allongée sur son transat entrain de faire « bronzette », sur un rocher entrain d’admirer la mer, en réalité, la photo est montée de toute pièce et l’instant n’a duré que le temps du shooting sans aucunement profiter de l’instant présent. Sans oublier que quand on est à l’étranger en train de travailler, il n’empêche que la vie continue de fonctionner à coté et qu’il faut quand même gérer tout derrière. Claire (Milky Way's blue eyes)

Claire édite toute seule l’équivalent d’un magazine. Je suis admirative mais ne l’envie pas du tout ! Ce que Claire décrit dans son article, c’est exactement ce vers quoi je ne voulais pas me diriger.

Moins de RP, plus de liberté

J’ai peur de passer pour la blogueuse mamy donneuse de leçons dans cet article, ou la Caliméro « ouin ouin recevoir des cadeaux c’est pas rigolo« .

Par contre, ce que je veux faire passer, c’est à quel point rien n’est jamais noir ni blanc. Je suis dégoûtée par certaines pratiques comme j’ai apparemment dégoûté d’autres gens.

Si je recommence à bloguer c’est pour refaire ce que j’aime en faisant abstraction du reste. On verra bien ce que l’avenir nous réserve, à tous !

Si vous voulez en parler, vous savez metrouver. 💖

Illustration : mon pseudo dans le sable des Bahamas, octobre 2012.