Arctique, une pièce glacée au Théâtre National

[minnosh_ext_dropcap font-size= »65″ font-weight= »700″]Si[/minnosh_ext_dropcap] vous me suivez sur Twitter ou Facebook, vous savez déjà pourquoi je vous parle d’Arctique, qui sera joué au Théâtre National ce mois-ci. Pour les autres, je vous laisse un micro-suspense. 

Synopsis

[minnosh_ext_quote]En 2025, l’Arctic Serenity, un bateau de luxe prochainement transformé en hôtel pour touristes fortunés, est remorqué jusqu’au Groënland.

A son bord, sept passagers clandestins vont être pris au piège d’un complot destiné à les faire disparaître.

Fidèle à son goût pour le thriller politique, Anne-Cécile Vandalem nous dévoilera progressivement les stratégies et manipulations qui aboutiront à l’échouage. Et ce sont les projections vidéos qui, depuis le salon principal du navire, évoqueront le passé des personnages et ce qui les a conduits là.[/minnosh_ext_quote]

Pourquoi Arctique ?

Si je parle de cette pièce sur mon blog, c’est parce que mon papa est à l’affiche ! Oui, mon papa, musicien, qui avait cherché une place dans une administration pour avoir une vraie pension une fois l’âge venu. Son dernier jour de travail, son téléphone a sonné pour lui annoncer qu’il était pris pour la pièce ! Le voilà donc, pensionné, à l’affiche du Théâtre National de Belgique. L’ironie.

Après le Théâtre National, vous pourrez voir Arctique à Namur et dans plusieurs festivals européens. Moi, je n’irai le voir qu’à Bruxelles à priori, à quelques rues d’où mon papa a cotisé une demi-carrière.

Mon avis

J’ai été voir Arctique au Théâtre National ce mercredi 31 janvier. Le choc de voir mon père sur scène passé, j’ai adoré ! C’est un mélange de théâtre et de cinéma tourné en live dans la partie cachée du décor, avec des sous-titres en anglais en live. La musique a un rôle central et on sort de là avec l’une ou l’autre mélodie en tête (pas « libérée délivrée » rassurez-vous). Comme nous étions au balcon ET que je ne suis pas physionomiste, j’ai eu du mal à reconnaître tous les personnages (ils sont nombreux), retenir les noms et donc capter l’histoire.

Mélange de politique et de thriller, j’aurais du mal à vous expliquer pourquoi j’ai aimé l’histoire sans vous spoiler (mais si je vous dis que je suis fan de [amazon_textlink asin=’B006LNABFO’ text=’Old Boy’ template=’ProductLink’ store=’httpwwwflexyf-21′ marketplace=’FR’ link_id=’261d912b-0775-11e8-a879-0b54524d6904′], vous comprendrez ?). J’ai aussi perçu une touche de [amazon_textlink asin=’B002SKEM7W’ text=’Norway of Life’ template=’ProductLink’ store=’httpwwwflexyf-21′ marketplace=’FR’ link_id=’3821b031-0775-11e8-9dcb-27c98a8f501a’], esprit nordique oblige.

L’esprit se sent vraiment embarqué dans ce bâteau qui tangue, on voyage entre le passé et l’avenir, entre les personnage réels et irréels. Certains dans la salle ont beaucoup ri tout le long du spectacle, mais pour ça je suis difficile. Il faut s’accrocher pour l’histoire mais ça ne m’a pas paru inaccessible pour autant. Il faut dire qu’avant décembre 2017 je n’étais pas vraiment branchée théâtre, mais le Noël de Mr Scrooge au Théâtre du Parc m’a réconciliée avec la scène. D’ailleurs, j’ai du mal à me dire que Arctique est une pièce de théâtre tant les prouesses techniques sont mélangées.

Je conseille à tous d’aller voir Arctique si vous en avez l’occasion. 

Par rapport à mon papa, que dire ? À l’âge où ce sont les premiers spectacles de mon fils à l’école que je devrais aller voir, que mon père soit sur la scène du Théâtre National, c’est surprenant ! Evidemment, je suis fière comme tout, mais dans la famille on est plutôt discrets, alors c’est ici que je l’exprime. ❤️

ARCTIQUE – Anne-Cécile Vandalem / Das Fräulein (Kompanie) from Théâtre National/Bruxelles on Vimeo.

[minnosh_ext_button link= »https://www.theatrenational.be/fr/activities/32-arctique#presentation » target= »new » background-color= »#000″ text-color= »#ffffff » size= »13″]Achetez vos tickets ici[/minnosh_ext_button]

A propos de flexyflow 247 Articles
Pour vous je suis une blogueuse, pour mes voisins je suis la foldingue qui chante du Dalida le matin. 33 ans, un garçon de 8 ans, un bulldog, deux familles recomposées à Forest (Bruxelles).